mercredi 6 décembre 2017

Tiniak - Une page qui se tourne

Paginaction

Une ombre s'effare au tableau
de mes genoux, crus, sur la règle
Je tourne à la classe le dos
avec, en bouche, un goût de seigle...

Ne suis pourtant pas si bête - aïe !
Juste indécis, main droite ou gauche ?
Mais, du bureau qu'elle chevauche
maîtresse nous tient pour bétail !

Eh, je t'en fous des républiques !
Tu verras, quand j'aurai grandi...
Je te donnerai la réplique
sur le théâtre de ma vie !

Prenons, pour exemple, l'Histoire...
Mon ancêtre est donc un gaulois
Bon... Suceur de mangues ? de poires ?
ou de quelques choubidous, ha !?!

Allons z'enfants nous sacrifier
près de l'autel de Calliorne
pour satisfaire un Boulanger
ridicule sous son bicorne

Goo goo g' joob ou tralala ?
Pas à moi, on ne la fait pas...
J'entends faire de Différence
un patronyme au pays France

Et voici qu'une page tourne
et rameute son Epinal...
(il me reste un bout de Cantal
qui n'ira jamais à Melbourne !)

Sans déconner, les gars, les filles...
Petit œil... Grand œil... C'est nos billes
qui nous ont ouvert un espace
où mourait l’affreux mot de "race" !

Eh, polémique chiffonnade…
quel pouvoir veux-tu exercer ?
Celui d'aimer ou d'amasser ?
Relis mieux ton Marquis de Sade !

Ta parole inique se vautre
sur une galette d'épeautre
un brin de lin - pas de colza !
dont se consolent tes forçats !

Oublie-moi, ou mets-moi z’au four…
J'ai cet amour que tu ignores
pour un Jodel* contre l’âme-hors
qui te façonne un bel atour

Un habit fait de tromperies
couvrant tes épaules flétries
d'avoir courbé souvent l'échine
pour mieux fomenter tes rapines

Renonce vite à tes espoirs
moins noirs que le sont mes ancêtres
Un sang fraternel veut renaître
et s'échange par le regard

Nan, c'est trop tard ? Tout est En Marche… ?
et se bâtit - sans voie ? une arche
anticipant tous les déluges
qu'ont causés tant de subterfuges ?

Eh, va mourir dans le sous-bois
de ces îlots sans foi ni loi
où tu ne sais que promener
ton dédain de l'humanité !

Une page tourne et je crains
que l’Ombre y trouve son festin

*(voir à "Jodel" et "Boris Vian")

Où s'indigner, avec amour et force, de temps en temps

19 commentaires:

  1. Les tourments de l'école et d'une maîtresse cavalière auront su forger ton esprit et ton style... élève Tiniak, qu'attends-tu pour tourner la page ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que nenni, l'ami. Je préfère la bailler belle et cultiver mon #indignation ;)

      Supprimer
  2. belle révolte, mais où l'acide se mélange à l'amer (ou à la mère patrie)
    la république et son école normative et "intégrative" a fait tant de mal, hélas :(
    mais je rejoins Tiniak dans le bien qu'elle a fait qui se nomme francophonie, et qui nous aurait sinon privé de ta plume cher ami :)

    RépondreSupprimer
  3. fort jolie franco-folie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, ça doit venir de mon patronyme/homonyme, chère Cacoune ♥

      Supprimer
  4. Je dirais, un peu trop long à apprendre, si j'étais à l'école... :)

    RépondreSupprimer
  5. Une page se tourneu...
    Ben quoi ? Je lis ce qu'il y a d'écrit...
    Et j'essaie de ne pas me laisser éblouir par la poésie magnifique de notre ami.
    (Il faut bien que je lui trouve un petit défaut) ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  6. La différence : que d'incompréhensions, d'injustices et de rancœur à cause d'elle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où je répète : #indignation ! Bien sûr...

      Supprimer
  7. Arpenteur d'étoiles9 décembre 2017 à 16:21

    et oui ... nous étions sur le radiateur à genou, et avec des dictionnaires sur les bras (Gafiot et Larrousse)
    et Tiniak ta poésie est toujours magnifique

    RépondreSupprimer
  8. Il est de ces bobos qu'on cultive à gogo pour se raviver l'ego ;)

    RépondreSupprimer
  9. Oups, les admins...
    Peut-on corriger à la lettre 'P'...
    Prenons, pour exemple, l'Histoire...
    Mon ancêtre est donc un gaulois
    Bon... Suceur de mangues ? de poires ?
    ou de quelques choubidous, ha !?!

    Merciche ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, à y bien regarder, le dernier est assez, trash, oui. Ça manquait, non ? :p

      Supprimer
    2. demande exaucée :)

      Supprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".