lundi 12 juin 2017

Vegas sur sarthe - Une nuit gourmande

Sonnet gourmand

Une île surnageait sur le plafond flottant
le ventilo bruyant brassait la Chantilly
une quiche ventrue faisait des gargouillis
mon ventre distendu en faisait tout autant

J'ai repoussé du pied les draps en millefeuille
et reconnu sitôt l'odeur des pets-de-nonne
à moins que ce ne fut la tourte berrichonne
un fâcheux avait mis mon lit en portefeuille

D'un fumant waterzooï émergeait un poulet
sur les murs caramel coulait un kouign-amann
alors a retenti le chant du pétomane

Sur un gros financier fondaient des madeleines
je devais décamper, m'enfuir à perdre haleine
je n'aurais jamais dû reprendre un cassoulet


9 commentaires:

  1. Gourmands, craignez la terrible vengeance du Cassoulet !
    ;)

    RépondreSupprimer
  2. Tu le savais, pourtant, que le patron du Tord-boyaux s'appelle Brune-nox !

    Allez, tu as quand même gagné un petit matin plus sympathique :

    https://www.youtube.com/watch?v=oCNjP0Ywf1g

    RépondreSupprimer
  3. oh Vegas quelle faim... heu heu, je veux dire quelle fin !
    avec le sourire

    RépondreSupprimer
  4. et voilà le résultat d'une grande bouffe :)

    RépondreSupprimer
  5. Pourtant, le waterzooi (morne plat!) si l'on n'en abuse pas, c'est encore assez léger, du poulet et des légumes o:)))

    Mais le restre a l'air un peu lourd, je suis d'accord.

    RépondreSupprimer
  6. J'aime bien ce sonnet, c'est léger, ça se lit sans faim...

    RépondreSupprimer
  7. Blurp !
    Hips !
    Blurp !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  8. Arpenteur d'étoiles16 juin 2017 à 14:52

    un sonnet de haute cuisine, gourmand, nonchalant ...
    quant au lit en portefeuille cela peut-être aussi coquinou :o)

    RépondreSupprimer
  9. Mais pourquoi t'es-tu enfui si vite ? Ça pressait ?

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".