mardi 18 avril 2017

Tisseuse - Une histoire de cloche

Il existe un temps
Hors du monde et du vent
Il existe un espace
Où les heures trépassent
Il existe un sonneur
Dans la crasse et la douleur
Il existe un humaniste
En de lointaines pistes

Il existe un carillon
Sans cloche ni bourdon
Il existe monsieur Modo
Difforme et clodo
Il existe en mon âme
Une partie infâme
Il existe un endroit de moi
Que je n’aime pas plus que toi

Il existe ce tocsin
Qui nous parle de fin
Il existe ces heures inquiètes
Où le temps n’est pas à la fête
Il existe et bat le rappel
Nous rassemble nous interpelle
Il existe et se fait proche
Pour nous sonner la cloche

15 commentaires:

  1. En fin de compte, il vaut mieux se la taper...

    RépondreSupprimer
  2. stouf Hérodotique
    Le temps n'est qu'une invention de l'autre ( qu'il serat aisé pour tous de nommer à son grés ) pourtant un p'tit bout nous en est impartit et il faut bien en user profitamment, .

    RépondreSupprimer
  3. Quelle volée de vers, la bedelle (?) a du vague à l'âme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "bedelle" ?
      je ne connais pas ce mot

      mais "vague à l'âme" : oui, du fait de la période trouble...

      Supprimer
    2. la bedelle : ... le métier de bedeau s'est féminisé ... enfin, peut-être, je ne suis que de très loin l'évolution de l'église catholique

      Supprimer
    3. ahhhhhhhhhhhhhh !!!
      :))))

      Supprimer
  4. Mieux vaut entendre le son du carillon que celui du tocsin, non ?

    RépondreSupprimer
  5. Ton texte est beau et un peu mystérieux...et mon commentaire est parti aux oubliettes...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les commentaires, dans les méandres du net, tout comme les textes mystérieux, finissent parfois aux oubliettes, mais tissent ces subtiles liens de poésie entre les êtres
      tout comme là, entre toi et moi :)

      merci Célestine d'avoir persévéré, et d'être venue écrire un mot

      Supprimer
  6. Arpenteur d'étoiles22 avril 2017 à 11:19

    un poème Tisseuse toujours réussi, mais une étrangeté dans ces vers et le tocsin pour la fin ...

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".