samedi 8 avril 2017

Stouf - Avoir un bon copain

Hugues mon frère !!!

Souvent dans ma rue je rencontre mon meilleur pote Hugues qu'est devenu chelou avec l' âge, il se promène en costard cravate dernier cri de chez Hugo Boss et godasses chaussettes de chez ch'sais pas, à 3000 euros minimum et lorsqu' il sort de son 4X4 il marche vite … alors qu' il n'a que quelques dizaines de mètres à faire pour rentrer dans son chez lui où l'attend sa dixième femme (non j' exagère !) .

- Salut gros, ça gaze ?
Je sens bien qu'il est gêné, qu'il n'a pas le temps que le rythme de la ville c'est ça son vrai patron, mais il stoppe tout de même … je suis son meilleur et seul pote.
- Salut gros, franchement, sincèrement. Tu sais bien que je t'aime sans être pédé, que je f'rais tout pour toi, que sans toi ma vie n' aurait pas été la même mais … j'ai pas l'temps aujourd’hui' hui.
- Merdre, tu fais chier gros, t' as jamais d' autres jours tranquilos que le Dimanche matin après ton Jogging. Bon, ben à Dimanche 11 heures devant chez Denis, le bar où on prendra un apéro !
- Okay, vivement Dimanche … merdre, v'là que je me prends pour Michel Drucker !

Là on se marre comme des baleines et nous sommes bien contents de nous être revus … comme des milliard de fois dans nos vies de copains.

Faut dire que quand je suis arrivé dans la rue, j' arrivais d'ailleurs, complètement à l' ouest et je ne connaissais personne … à l' âge de dix ans, c'est pas cool en vérité. Dans la cours de l' école v'là un gros plouc qui me prend la tête entre ses deux grosses battoirs et qui me demande :
- T' es qui toi, sale con, avec un air méchant qui me faisait peur avec son œil droit qu' était blanc, comme crevé.

Puis, par derrière moi j' entends une voix qui s' exclame fermement et de façon tranquille :
- Fait pas chier neunoeil, c' est mon pote, le fils des nouveaux au bout de ma rue !

Ben v' la le neunoeil qui me lâche et se taille à l' autre bout de la cours afin d' angoisser une p'tite nouvelle qu' est perdue elle aussi et qui sera ma femme d'amour tout le restant de notre vie, ma Christine.
- T' as un chlasse copain ? qu 'il me demande le gars que je ne connais pas encore, j'ai des lianes à couper pour faire ma nouvelle cabane dans la forêt
- Ouais, l' Opinel de mon onc Marcel le breton, mais … tu veux pas redégager neunoeil qu' embête la fille au bout de la cours et lui demander à elle si elle veut venir avec nous construire la cabane ?

Wouaaaah … j' me sens tout bizarre d' avoir parlé comme papa parfois et j' aime bien la réaction d' Hugues le balaise qui me dit que c' est ok.
Rétrospectivement j'sais même point comment je me souviens si distinctement de la scène.
Ça discussionne fort à l'autre bout de la cours et pour finir v'là mon Hugues qu'arrive avec la fille qui rigole ( le rire sera son letmotiv toute sa vie … jusqu' a sa mort ) et elle me fait la première bise sur la joue du reste de ma vie. Cool...
- Bon, on y va ? Demande Hugues.
- Où ? Demandons nous de concert.
- A la source dans la forêt où c'est que j' ai besoin de vous mes potes pour construire no'te cabane.
- Moi j' ai mon opinel ! Dis-je.
- Moi j' ai une tonne de Smarties dans mon sac, dit Christine.

Ouais cool … ça devient comme le premier jour du reste de notre vie !

8 commentaires:

  1. Arpenteur d'étoiles8 avril 2017 à 15:50

    j'adore tes histoires toujours drôles et sincères ...
    et Hugues et Christine, après la Bretagne, la vie s'est construite, bien, très bien !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. stouf
      Zut mon bicloune est crevé, t' as des rustines et de la colle pour qu' on va à la source ? ;o)

      Supprimer
    2. Arpenteur d'étoiles9 avril 2017 à 10:05

      rustines oui ... colle non :o))

      Supprimer
  2. Normal qu'il ait réussi, Hugues.
    A force d'entendre : « Hugues, oh, bosse ! » ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  3. stouf
    En fait il a surtout du mal à réussire d' aquiter ses nombreuses pensions alimentaires et voire ses trentes gosses disséminés dans le monde. 8o)))

    RépondreSupprimer
  4. Plein de bonnes raisons de préserver les forêts

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. stouf
      Pas de problême, ici on en est complêtement envahis. Tiens... et si j' y foutais le feu pour voir comment ça fait ? Merci de l'idée Bricabrac. ;o))

      Supprimer
  5. ça coule de source, tout ça!

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".