jeudi 20 avril 2017

Marité - Une histoire de cloche

La chapelle du Mont Gargan.

C'est une fin de journée d'octobre début des années 1980. Nous empruntons l'allée arborée qui s'élève jusqu'au Mont Gargan. Ces hêtres centenaires, dépouillés de leur feuillage nous fascinent. De grosses branches basses, tordues, noueuses, partent dans tous les sens depuis un tronc court. Le climat limousin, rude en hiver les a façonnées, torturées, violentées. Le vent d'automne qui souffle aujourd'hui passe et court dans les ramures sans les agiter. Une sorte de malaise me saisit. On dirait que ces arbres protègent un lieu unique et hésitent à nous laisser continuer.

La magie commence là. Je pense à Georges-Emmanuel Clancier, amoureux de sa province, qui parle d'un "pays vieux, creusé de sortilèges, de frayeurs et de légendes."

Nous débouchons sur une clairière fantastique. Un orme gigantesque trône, imperturbable. Le vent balaie les nuages et la vue magnifique qui s'offre à nous sur les plateaux limousins, celui de Millevaches en particulier, s'étire jusqu'aux Monts d'Auvergne. Il y règne un silence étourdissant mais pas lugubre.

Mais les ruines de la chapelle Notre Dame du Bon Secours, érigée en 1870 par un prêtre et les habitants des communes avoisinantes, me subjuguent. Elles se dressent, majestueuses dans leur nudité. Étrange : la cloche, tombée en équilibre sur les pierres, tinte faiblement, animée par le vent ou quelque créature de Dieu ou du diable. Ce qui ajoute au mystère environnant. On imagine très bien les processions anciennes des villageois qui partaient de la chapelle pour se rendre à la fontaine miraculeuse du Buisson Blanc en contre-bas où Saint Antoine aurait guéri des écrouelles.

Autre facette de cet endroit étonnant : le combat qui s'y est déroulé entre les Allemands et le Colonel Guingouin et ses maquisards lors de la dernière guerre. Le chant des partisans semble d'ailleurs sourdre des landes de bruyère, de genêts et d'ajoncs alentour si l'on tend l'oreille.

Tout ici évoque l'histoire et les mythes de ce Limousin enchanté et enchanteur, rude et pauvre aussi.

Les légendes abondent et le Mont Gargan n'en est pas dépourvu. On raconte que Gargantua, ce dieu celte et gaulois transformé en géant par la croyance populaire, a créé ce sommet en secouant ses bottes pleines de boue et lui a donné son nom. On raconte que Gargantua serait la personnification du soleil. Marcelle Delpastre, poétesse corrézienne, écrit que les habitants des villages marchaient dans la nuit avec leurs vaches attelées aux charrettes, s'éclairant de torches. Ils grimpaient jusqu'au sommet du mont où ils attendaient le dieu soleil. Ils repartaient alors en clamant que le jour était levé.

Je suis revenue quelquefois au Mont Gargan qui m'ensorcelle toujours. La belle allée de hêtres a été gravement endommagée par la tempête de 1999 mais est en cours de réaménagement. Les ruines du sanctuaire ont été consolidées.

La cloche de la chapelle, en acier et non en bronze faute d'argent, a maintes fois disparue, volée, vendue illégalement à un ferrailleur. Elle a été retrouvée par la police et repose désormais accrochée à un portique dans le chœur de la chapelle. Lors de manifestations organisées ici, pèlerinages ou festivals, elle sonne joyeusement réveillant ce lieu perdu et envoûtant.

11 commentaires:

  1. stouf
    Oh cool ... j'aime ben les voyages organisés des cul-bénis, j'ai été scout un week-end y a trés longtemps. En plus j'ai bien connu Guinguin, un poteau qu'on appelait ainsi parceque son vrai nom c'était Guinvarch, comme le roi d'une légende bretonne avec des cloches aussi. ;o)

    RépondreSupprimer
  2. Stouf : est-ce que ton pote Quinquin, Guinguin est-il aussi colonel ? C'est pour faire avancer le schmilblick. :-)

    RépondreSupprimer
  3. Des belles évocations qui font revivre des lieux magiques ...

    RépondreSupprimer
  4. Tu décris si bien ce lieu ensorcelant, magique, avec le vent d'autant qui souffle sur les hêtres, que l'on n'a qu'une envie: le découvrir.
    Bravo pour ce beau texte, marité.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  5. je suis heureuse que tu nous ais décris ce lieu, et ces légendes qui me donnent tant envie de le découvrir à présent

    RépondreSupprimer
  6. Quelle beau récit, qui donne envie de bouger et de lire

    RépondreSupprimer
  7. Arpenteur d'étoiles22 avril 2017 à 11:34

    un lieu étrange et rempli d'histoires étonnantes, de légendes et de réalités historiques également ... un très beau texte, Marité !

    RépondreSupprimer
  8. J'aime beaucoup tes descriptions; j'étais avec toi pendant cette balade et envoûté par ce lieu mythique.

    RépondreSupprimer
  9. Belle histoire, qui plairait à notre commentateur "BOF" homme du Limpousin, qui soutient fièrement sa province ];-D

    RépondreSupprimer
  10. Merci Andiamo ! Bof ; si tu me lis...fais-moi signe.

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".