samedi 1 avril 2017

Dib - L'écrivain voyageur

Il était là, paisible, avec son sac, les cheveux dans le vent, observant la rue. Le regard aiguisé, l’air serein, il scrutait, humait, absorbait, s’enivrait d’ambiances, de brouhahas, d’effervescences, d’odeurs d’étals, de couleurs d’étoffes, d’enseignes, de sérénité de certains lieux, de regards, de sourires, de rencontres, d’atmosphères et de partages. Jamais déstabilisé, l’écrivain voyageur s’en nourrissait pour les coucher en offrandes, sur le papier de ses carnets écornés.

De lendemains inconnus en lendemains inconnus, l’écrivain voyageur se laissait porter par le temps et les évènements. La terrasse d’un café, une pierre, un banc, les marches d’un temple, une banquette de train sont ses territoires. Il n’a rien d’un rêveur et met un point d’honneur à absorber et partager des bribes d’ambiances, de culture, de pérégrinations et de découvertes sur le monde et la vie. Jours après jours, le voyageur écrivain poursuit sa route en nous laissant entrevoir sa vison du monde.

12 commentaires:

  1. Cette attitude assez typique de l'écrivain est décrite à merveille ... Merci !
    LOIC

    RépondreSupprimer
  2. Avec une telle description, on le reconnaitra à coup sûr... ou alors on est bigleux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair !
      Je me suis toujours imaginé Rimbaud, à la terrasse d'un café de Sanaa....

      Supprimer
  3. Oh oui...c'est tellement tout à fait ça !
    Merci pour ce vademecum excellent !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Je ne m'attendais pas à cet accueil du texte !

      Supprimer
  4. Arpenteur d'étoiles2 avril 2017 à 10:43

    l'écrivain voyageur est exactement comme tu la décris (j'aime aussi beaucoup Sylvain Tesson !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben tiens, moi aussi. As-tu lu ses "aphorismes sous la lune et autres pensées sauvages" ? Il y a des images superbes :)

      Supprimer
  5. tout tranquillement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand le temps est suspendu... sans fil !

      Supprimer
  6. Belle définition de poste, comme on dit chez les DRH

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "J'étais sur zone", comme on dit chez les milis !!!

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".