vendredi 10 mars 2017

Tisseuse - Comme une poussière dans l'oeil

Pas à pas j’emprunte les chemins dérobés
Dédale du passé enfoui
Où se terrent les cœurs meurtris
De nos lignées

Je relève les branches
De tel ou tel arbre qui penche
Et je reboise
Les sentes aux couleurs turquoise

Ce subtil pollen
Ravive parfois la peine
De douleurs encore enkystées
Laissant une larme perler

Comme le souffle évaporé
D’un papillon esseulé
Subrepticement posé
Dans mon paysage intérieur

Donnant éphémère
Quelques battements dans l’air
Au rythme de mes paupières
Pour sécher les pleurs

Avant de se métamorphoser
En lumière irisée
En légèreté de fée
En audacieuse fleur

12 commentaires:

  1. J'aime bien, la semaine filant, qu'arrive ton poème, comme s'il avait lentement mûri et se détachait avec grâce de ton monde intérieur. Promenade légère, subtile et vagabonde comme l'aile d'un papillon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. très sympa à toi Bricabrac :)

      hélas, je n'ai plus la constance, comme au début de ma présence sur le site, d'écrire de la poésie chaque jour, ni même chaque semaine...

      Supprimer
  2. J'admire ceux qui savent écrire un poème, moi je ne sais absolument pas ! Je ne suis pas poète, se plaît à me dire Célestine ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je dis ça ???
      C'est même pas vrai ... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Merveilleux, ton poème, ma chère Tisseuse
      Bises légères de fée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. stouf
      Eh la famille "tuyau de poële", z'ètes pouettes pouettes ou quoi ?

      Supprimer
    4. Andiamo, ta poésie n'est pas en vers, mais elle se niche dans tes croquis :)

      Supprimer
    5. @ Célestine : merci beaucoup !
      avec une tel pseudo, tu ne peux qu'être fée

      @ Stouf : effectivement, une famille "tuyau de poêle" Et emplie de poétes

      Supprimer
  3. Tu as l'art de dépoussiérer les sentiments d'un battement de cils très poétique... jolie poésie, Tisseuse

    RépondreSupprimer
  4. Le contexte poétique est indéniable. Quand je lis tes poèmes, je ne sais pas s'ils sont pour ceux qui te lisent ou pour toi, ta façon de placer des jolies mots, de les arranger dans un contexte enchanteur, de te mouvoir dans ton jardin d'Eden, cette façon de mourir et de renaître, pour oublier un moment les meurtrissures de la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Pascal pour ce commentaire !
      tes observations touchent très justement au fait que la poésie est un espace en général d'évasion pour moi, ou une façon d'expurger certains ressentis
      il s'agit d'une expression d'émotions, de ressentis, mis en images à ma façon, et c'est effectivement très intériorisé

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".