samedi 4 mars 2017

Tisseuse - A bout de souffle

Tout mon souffle 
Tendu vers l’avancée 
L’un après l’autre 
Les pas sont enchaînés 
Je vais de l’avant

Comme une proue tête dure
Je prends tout dans la figure
Paquets de sel et goémons
Poissons volants et Philémon
Pas de pause, point de répit
Mon élan est à ce prix
Malgré toutes les fêlures
Je voudrais mener ma voilure
Vers le soleil levant
Qui rayonne dans mon cœur d’enfant

A bout de souffle
De tous les espoirs dépassés
Les miens comme les nôtres
Je continue à marcher
Mais je vais sans allant

De l’air, de l’air
Comment sortir de cette serre
En un éclair
Changer d’atmosphère
Relever les rideaux de fer
Et les barbelés qui nous enserrent
Je voudrais m’envoler dans l’azur
Des beaux jours qui rassurent
Me baigner dans une douce lumière
Laisser chanter les murmures

16 commentaires:

  1. Quel souffle, mais sans essoufflement, l'asthmatique ça n'est pas toi, enfin sur ce coup là ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, merci :)
      j'ai failli verser enfant dans ce piège là (celui de l'asthme), mais en ai évité l'écueil

      Supprimer
  2. On sent le besoin d'air... la faute à Philémon peut-être ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Philémon : c'est pour la BD de Fred dont j'aimais bien l'atmosphère poétique et surréaliste :)

      Supprimer
  3. J'aime votre poésie singulière, infinitive, hachée comme la houle, et cette voix minuscule au monde et volontaire. Mais c'est ma lecture personnelle, où vous pouvez ne pas vous retrouver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup Bricabrac :)
      cela me touche infiniment
      je crois que tu cernes bien ma façon d'écrire...et peut-être de vivre...
      il me semble que mon cousin aurait pu écrire les mêmes mots sur moi :)))

      Supprimer
  4. Changer, oui, changer d'air...parce qu'il n'a pas une gueule d'atmosphère... ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et oui, Célestine, comme Arletty nous n'avons pas une gueule d'atmosphère :))))

      Supprimer
  5. Arpenteur d'étoiles4 mars 2017 à 22:33

    je suis toujours admiratif de ta poésie tellement personnelle mais qui a un vrai souffle puissant !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour paraphraser de célèbres répliques de la saga "Guerre des étoiles" : "la poésie est puissante dans notre famille !" :o))))

      Supprimer
  6. Oui, une très jolie poésie où la souffrance ( ou l'angoisse) se trouve en compétition avec l'espérance, c'est à la fois beau et puissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Saraline
      la poésie, tout comme la vie, n'est-elle pas la traduction de cet antagonisme ?

      Supprimer
  7. C'est toujours mieux "à bout de souffle" parce qu'on a l'impression de s'y être déplacé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est amusant ce que tu écris, car je me suis toujours étonnée de voir aussi la propulsion par expulsion de souffle, non pas en avant, mais en arrière, comme les pieuvres en quelque sorte
      le déplacement semblant donc inversé

      Supprimer
  8. Que c'est beau... De l'aire ! De l'aire !
    Avec un Ah! majuscule... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à lire ton commentaire, je rougis cher ami :)
      et respire encore mieux...

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".