dimanche 19 mars 2017

Stouf - Les objets mal lunés

Libres

Courrons très vite, il faut fuir, le pervers est à nos trousses !
Là, l' escalier roulant, le trome, oui engouffrons nous comme des oufs que nous sommes, libres.
A gauche ?
Non, à droite !
Tout droit.
Ok.

Station Strasbourg Saint-Denis... le quai vers la porte Clignancourt ?
A gauche !
Non, à droite !
Tout droit
Ok.

Merdre, le pervers est derrière, il crie parce qu' il n'a pas payé sa mensualité et que son passe Navigo ne fonctionne pas. Gros... ici, au pied !
Ta gueule... plus jamais, pense le chien qui court avec ses nouveaux amis, le collier et la laisse (qui traine un peu), ils n'aimaient pas le maître lorsqu'il les amenait au bureau de vote, ça puait la mort.
Les portes du wagon se ferment, les potes sont dedans (merde, c'est la cohue et y a une conne à smartphone qui marche sur la copine laisse mais elle s'en fiche car elle a un moral d'acier) et regardent par la vitre l'autre con, qui est passé en fraude et qui s'énerve d'avoir perdu son chien.

Il se passe quoi ? demande la copine laisse.
Tout est cool, disent les deux autres, elle est rassurée .
Ouah la... porte de Clignancourt... c'est cheulou tout de même, y a plein de gens originaires du Maghreb et puis d'autres qui sont noirs.

Bon, vaille que vaille, les trois amis s'en vont par les rues, ils boufferaient bien un truc... du moins, c'est gros le chien qui en parle.
Tiens, une poubelle... y a quoi d'dans ?
Ouah... un sans-avec abris !
Bonjour, je suis Iben Rushd le philosophe arabe, il se passe quoi ?T'es méchant monsieur ? demande la laisse, qu'en a marre tout de même assez de se faire marcher dessus.
Mais nan sœur, j'avais faim et ici il y a tout ce qu' il faut, en plus je suis un adepte de la secte de Bob Marley No woman no cry . Tu veux que je te libère ?
Oui.

Le clebs et le collier aussi ?
Oui.
Zyva... c'est fait !
Cool !

Le gros bouffe les restes du repas de madame Leïla (femme de Moshé ben Josué le Narbonnais), le collier réfléchit à de futurs voyages imaginaires et la laisse amoureuse trône fièrement dans les mains de son libérateur monsieur Averroes.
Elle est pas belle la vie ?

1 commentaire:

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".