mardi 7 mars 2017

Laura Vanel-Coytte - Comme une poussière dans l'oeil

Des images restent ancrées entre mon œil et mon âme,
Me troublent, sans que je parvienne à m’en débarrasser. Ainsi, les images presque Insoutenables d’œil qu’on coupe dans « Un chien andalou [1]. » Il a aussi la célébrissime

Photo de Man Ray, s’intitulant « Noire et blanche [2] » montrant un œil avec des perles
De larmes. Escher a peint un œil dans lequel se reflète une tête
De mort. Odilon Redon, un de mes artistes favoris à peints de
Mystérieux « yeux clos »et un fascinant « cyclope. »
Manet a représenté une évanescente « Jeune femme blonde
Aux yeux bleus. » George Clausen préfère les « Yeux noirs » qui me mettent dans la tête La chanson d’Indochine et me donne envie de danser. Et sur la piste,
En dansant un slow désormais quasi impossible, je fredonne un vieux 45 tours de ma mère « Rien qu’une larme dans tes yeux. » Les yeux chantés par Eddy Mitchell sont « menthe À l’eau » Pour Max Ernst, « Les yeux du silence » sont d’un vert fluorescent.

Comme une chanson dans la tête, « L’encre de tes yeux » me revient en voyant Egon Schiele, un autre de mes peintres préférés. Dérangeant et érotique comme je les aime.
Comme une collision de deux arts. Dans un de ses autoportraits, Schiele tire « sa paupière vers le bas. » Les fanatiques
Du « beau en art » n’aimeront pas forcément. Wilfredo LAM peint « Les yeux de la grille » « Trouble l’œil » ou trompe l’œil ? Ainsi la nature morte
De Samuel Van Hoogstraten.

Trompe l’œil ou illusion d’optique, Arcimboldo un des exemples les plus connus.
Comme un tableau dans l’âme
Comme une âme dans un paysage
Comme un paysage dans l’œil
Comme l’œil curieux dans la poussière du monde si vaste.

[1] Louis Bunuel, 1929.
[2] 1932

4 commentaires:

  1. Merci de m'avoir fait connaître Egon Schiele, dont je n'avais jamais entendu parler. Et de m'avoir remémoré Samuel Van Hoogstraten que j'avais étudié avec mes élèves.
    Superbe texte comme toujours
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  2. "Un chien Andalou" j'ai vu ce chef d'œuvre il y a fort longtemps rue Champollion (Vème) Impressionnante séquence, dans laquelle un homme armé d'un rasoir "coupe choux" incise l'œil d'un autre homme... ];-D

    RépondreSupprimer
  3. Prose poétique sur papier glacé

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".