dimanche 12 mars 2017

Jacques - Comme une poussière dans l'oeil

Ce sont des chansons qu'on a perdu d'oreille, et qui ressurgissent comme ça, par hasard, le hasard de la programmation d'une radio, d'une fenêtre ouverte, ou d'un réseau social.
Ce sont des chansons qu'on a aimées, qui ont pu accompagner nos rêves, qui parlent d'aventure, d'une sorte d'absolu et d'autres rêves.
De grands espaces, des océans, des accords de guitare, un banjo parfois, ou à l'occasion un violon solitaire mélancolique comme une lande irlandaise.
Il y a de l'anglais, de l'occitan, du français, de l'italien aussi ?
Elles parlent de tout, de rien, d'une fille du nord, des tours de Saint Malo, le rythme des essuie-glace sous la pluie du sud, de cet amant qui préféra être pendu que de trahir l'honneur de celle qu'il aimait, et encore des tours de Saint Malo où l'on ne cesse de revenir, même si l'on trouve la montagne plus belle encore.
Elle surgissent du passé, où l'on croyait les avoir oubliées, intactes, on les fredonne sans louper un temps et dans leurs valises, toutes ces émotions qui nous submergent, ce passé que l'on revoit, la vue troublée comme par une poussière dans l’œil.

Où lire Jacques

3 commentaires:

  1. il est tellement vrai que les chansons nous ramènent exactement, comme intactes, à des époques bien précises, des contextes, et des personnes avec lesquelles nous les écoutions

    RépondreSupprimer
  2. When I was young I'd listen to the radio
    Waitin' for my favorite songs
    When they played I'd sing along, it made me smile

    Those were such happy times and not so long ago
    How I wondered where they'd gone
    But they're back again just like a long lost friend
    All the songs I loved so well

    Every sha-la-la-la
    Every wo-o-wo-o, still shines
    Every shing-a-ling-a-ling, that they're startin' to sing's, so fine
    (Yesterday once more. The Carpenters)

    Tu te souviens de cet air là ?

    RépondreSupprimer
  3. L'émotion musicale est une belle poussière dans l'oeil.

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".