mardi 7 mars 2017

Célestine - Comme une poussière dans l'oeil

La Corniche

J’enfilai une robe d’organdi blanc froufroutant au soleil comme un abat-jour de prisunic. Elle ferait merveille sous les sun-lights.
Je me sentais belle du bout de mes orteils peints en mauve jusqu’à la fine boucle de mes cheveux noirs. Ma copine Rita m’avait aidée pour le choix du serre-tête à carreaux vichy.
- Méfie-toi des garçons, m’avait mise en garde ma mère, ils ne pensent qu’à t’emmener sur la route littorale en voiture pour te faire le coup de la panne. Ils t’offrent de fleurs pour mieux cueillir la tienne.

Mais j’en rêvais, moi, de partir cheveux aux vents dans une belle Corvair rouge garance ou une Lancia Flavia, et de dominer la baie dans l’air du soir. Surtout une Lancia Flavia, d’ailleurs, car c’est mon prénom.
Enfin, pour être exacte, ce dont je rêvais, secrètement, c’était surtout de la conduire. De sentir rugir et feuler le moteur et ses soupapes comme un fauve tenu trop longtemps en cage. Je caressais mentalement les cylindres étincelants et le volant ganté de cuir…J’étais née trop tôt. A une époque où les femmes n’avaient encore, pour beaucoup, que le droit d’être belle et idiotes.
Ce soir-là, ce fut Jimmy que je fis fondre au premier baiser. A l’entendre j’avais un goût de fraise. Plus tard, à la sortie du dancing, il me proposa une balade en cabriolet sur la Corniche. Ah ! Quel merveilleux coup de pouce du destin, alors, que cette poussière dans l’œil ! Poussière qui obligea soudain Jimmy à freiner, et à se garer, cependant que de joie, je lançais en l’air mon foulard de soie qui alla décorer comme un trophée un buisson de genévrier. Il me tendit les clés. Son œil brûlait atrocement, vous savez comme les garçons sont douillets et l’on n’y voyait goutte, il fallait faire vite.

Tenir le Koh-i Nor dans mes mains n’eût pas été un plaisir plus subtil. Chaque caillou de la route se souvient encore du crissement de la gomme et du faisceau des phares éclairant la corniche comme dans les films de gangsters. J’atteignis des vitesses indécentes. Mon cœur faisait des bonds de wallaby sur les dos d’âne où la Lancia quittait littéralement le sol. Ce soir-là, il me sembla, dans l’enthousiasme de mes vingt ans exaltés, que ma folle équipée fut l’étincelle qui alluma le feu de la libération des femmes. Je déchantai assez rapidement : ce serait plus long que prévu !

***
Flavia est une adorable vieille dame à laquelle je vais parfois rendre visite. Elle tient encore sa boutique de souvenirs dans la rue des Epinettes. Elle m’a raconté cette histoire, un après-midi de cannelle et de patchouli. Sur le comptoir, elle m’a montré une petite miniature Norev rouge carmin qui ne la quitte jamais, comme la lueur de nostalgie qui voile parfois ses yeux de lapis-lazuli.

19 commentaires:

  1. Autrefois j'aimais ces voitures, Sunbeam, Morgan Triumph TR3, MG...
    Moi ce sont les falaises de Moher que je longeais, la mer furieuse à nos pieds, ah oui j'oubliais : nous étions deux. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Autrefois ? Pourquoi tu ne les aimes plus ?
      Je m souviens d'un beau voyage en Irlande que j'ai fait en rêve un jour...
      Oui c'était bien...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Exactement celles-là, ces bagnoles qui nous faisaient rêver, jeunes...

      Supprimer
  2. stouf
    Le gros chat persan qui préside à mon accés à internet (parfois je suis punis et ne peus pas écrire puisqu'il est allongé sur le clavier)te dit miaou, il est bien luné aujourd'hui. Perso, si j'avais été sha perse dans une autre vie (une des sept), je t'en aurais fait présent de ce کوه نور
    aprés l'avoir enchasser sur une bague, promesse d'une longue vie pleine d'aventure et de voyages, de conquètes épiques et des paysages merveilleux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tant que reine de Saba, j'aurais évidemment accepté ton présent ;-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. stouf
      Et tel Salomon, je t'aurais dis, viens à moi du Liban, regarde moi du haut de l’Amana, du sommet du Sanir et de l’Hermon, du fond de la caverne des lions, du haut des montagnes qu’habitent les léopards. Tu m’as rendu le cœur, ma sœur fiancée, tu m’as rendu le cœur par un de tes yeux, par une des boucles qui flottent sur ton cou.
      Et pis un de nos descendants aurait été Bob Marley de la tribu disparue du roi Ménélik, t'en veeeeux ?
      PS: J'ai éviter les propos les plus torrides de notre cantique des cantiques. ;o)

      Supprimer
  3. Flavia, depuis le temps que j’en rêvais, de ses cylindres et de ses soupapes, de sentir son moteur… Une fraise. Et puis, il y eut cette poussière que je m’encornichai dans l’œil. Que faire, sinon lui confier les clés de la Lancia (ma Corvair rouge arletty était en révision), poser ma tête sur ses genoux d’organdi, pressant contre mes yeux le serre-tête imprégné de vichy qu’elle me prêta pour le coup de la dépanne. Et puis il y eut cette grosse poussière de rocher dans le faisceau des phares. Plus question de cabrioler. Quelle chance que la Lancia fût une Solido plutôt qu’une Norev

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jimmy tu es positivement génial !👍
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. J'apprends aujourd'hui qu'on appelait ça le Koh-i Nor; un joli nom que Pierre Perret aurait dû ajouter à sa liste :)
    Merci pour cette virée pleine de ton humour, Célestine... et vive les femmes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mon bon Vegas. Tout compliment venu de toi me va droit au coeur. Ô grand maître incontesté de la plume et du sonnet.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. J'adore ton histoire, Célestine, charmante et si bien contée !
    Et bravo pour ta connaissance des bagnoles d'autrefois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme c'est gentil, JCP
      Je me demande quel prénom se cache derrière ces mystérieuses initiales... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. L'art de raconter plusieurs histoires (je n'ai pas su les compter) entrelacées. C'est merveilleux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plein, en fait, tu as raison.
      Tu as le sens de l'entrelacs... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. J'ai entendu la balade de Jim de Souchon Voulzy tout le long de la lecture!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait vrai.
      L'infirmière est un ange et ses yeux sont verts... ;-)
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Belle histoire aux parfums surannées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pascal. La nostalgie a un parfum délicat que tout le monde n'aime pas forcément...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. tout comme Chri, pour la chanson de Alain Souchon qui a accompagné ma lecture de ton texte :)

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".