samedi 4 mars 2017

Assoula - A bout de souffle

Elle n’a pas eu la plus belle des enfances, son petit frère étant le chouchou elle n’a jamais eu sa place.

Elle n’a pas eu de chance s’est mariée, il était coureur de jupons, il a enfanté ailleurs, il buvait …. elle s’est retrouvée seule avec sa fillette 4 ans après

Alors elle a tout donné d’elle le travail de nuit dans un resto puis elle trouvera enfin un boulot et enchaine les double-pauses pour les « faire vivre » elles partent même en vacances à 140 km, 10 jours près de la rivière qui coule encore aujourd’hui dans sa tête mais c’est juste une pause parce qu’il faut travailler s’occuper de la maison et de la petite souvent malade et les travaux pour l’école

Elle achètera une petite maison et y refera tous les travaux seule à l’excepté de l’électricité mais ça c’est en continuant de travailler chaque jour 9 heures debout dans cette usine d’armement où elle risque chaque jour sa vie

A 31 ans elle a déjà tant fait sur 10 ans elle est un peu à bout de souffle mais la vie lui sourit un peu elle le rencontre il est gentil respectueux et accepte sa fille de 14 ans, ils forment une petite famille mais voilà qu’elle doit se faire opérer l’opération est bâclée par un chirurgien peu scrupuleux qui lui enlève 2 cm de trop au pied elle s’en retrouve lésée elle sera réopérée mais on ne peut remettre 2 cm d'os à cet endroit

C’est à ce moment que la course dans la vie commence hôpital chaussures adaptées…perte d’emploi dépression car NON elle n’a pas l’habitude de « rien faire » 4ans plus tard elle perd son papa à peine âgé de 55 ans d’un cancer « galopant » comme ont dit les médecins 3 mois et l’homme n’était plus que sa propre ombre elle restera tout ce temps près de lui aidant sa maman

L’année d’après, hystérectomie complète, elle perd une part de féminité, sa fille quitte le foyer elle devient grand-mère mais ce petit garçon sera touché par le cancer, une leucémie met sa vie en suspens à l’âge de 5 ans

Obligée de reprendre le boulot son pied lui rappelle son incapacité de rester debout elle démissionne et trouve un autre emploi mais elle doit s’y faire sa santé ne lui permet pas … car la fibromyalgie a pointé son nez et déjà elle est bien installée

2009, elle vend sa maison pour en acheter une autre avec lui qui est à ses cotés depuis 21 ans ; ils y font des travaux elle est heureuse de sa petite maison elle l’a décorée avec goût et amour mais un jour … une fuite d’eau souterraine provoque un affaissement de terrain et la maison s’effondre, heureusement elle n’était pas chez elle lui avait été alerté par un voisin et sortit à temps de la maison ; elle n’a plus rien, elle a tout perdu dans cet effondrement sauf sa chatte Lisette tout aussi traumatisée Maman est à bout de souffle quand pourrait-elle enfin vivre !!

Relogée par la commune dans un logement social elle se bat en justice contre la société des eaux et la commune car selon les experts la fuite trainait depuis un moment (affirmé par la société) et la voirie mal entretenue par la commune … 5 ans de combat pour récupérer à peine un quart de sa perte totale sans compter les menaces et tentatives d’intimidation !!

Mais entretemps sa santé se dégrade de mois en mois on lui conseille finalement un médecin de Bruxelles, celui-ci diagnostique une maladie orpheline et lui propose la pose d’un stimulateur afin de diminuer les douleurs au dos car ce qu'elle ressent ; en gros elle est un bloc de béton tout fendillé prêt à s'effondrer tout son corps s'effondre de jour en jour.
A 59 ans elle se sent diminuée pour le restant de ces jours "vous êtes 40 dans le monde et seuls 20 peuvent  faire partie d'une étude" il lui explique le programme poser un appareillage avec des ondes électriques afin de soulager " au mieux" le patient sans garantie de succès mais à tenter....

Souffrant jours et nuits elle, si forte de caractère, (2 cancers ... elle s'est toujours relevée et retourner travailler au plus vite) croit enfin à une issue pour vivre un peu mieux car le professeur ne le cache pas elle revivra pas mais cela peut aider dans le quotidien ce sont des électrodes mais placées en ceinture autour du dos et du ventre le pire c'est que elle  ne supporte plus les "décharges" qui sont mises au minimum pourtant elle est ultrasensible a tous les métaux aussi !! Bref on sait plus vers qui se tourner l'opération a été faite en deux fois sur 2 semaines et on l'a remballée après 24 heures !!!! Un vrai cobaye !! Honteux elle n'a droit qu'aux visites "prévues" le reste est à ses charges Elle dit être comme un légume qui végète en attendant l'hiver .....  Elle qui s'est toujours relevée et retournée travailler au plus vite

Il y a 3 jours les médecins ont décidé de passer à la dernière possibilité de traitement le PALLIATIF oui vous lisez bien, elle a essayé de repousser le plus possible ce moment mais elle n’en peut plus elle est dans son fauteuil aménagé au mieux pour elle pouvoir y rester avec des coussins elle somnole quand elle y arrive, la douleur étant tellement forte qu’elle tombe d’épuisement car ses médocs la soulagent à peine et ne dort que très peu. Là elle et vraiment à bout de souffle son cœur s’arrêtera un jour sous l’effet des médocs me dit-elle, elle veut rejoindre son papa et sa marraine….

Je ne sais plus quoi lui dire, je vais la voir mais y a de ces silences si lourds .... Le pouvoir des mots s'est arrêté car ni toi ni moi ne savons nous exprimer face à tant de souffrance ....

7 commentaires:

  1. "ni toi ni moi ne savons nous exprimer face à tant de souffrance"... c'est tellement vrai et les "Bon courage" tellement dérisoires.
    Je compatis, Assoula

    RépondreSupprimer
  2. Moi non plus je n'ai pas repris mon souffle en lisant ce récit sans ponctuation et j'ai du mal à le reprendre

    RépondreSupprimer
  3. C'est trop fort pour n'être qu'une fiction dans un défi d'écriture...
    Courage.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  4. j'en ai beaucoup entendu dans mon travail des récits comme le tien, sur cette mère, cette femme-courage...trop probablement, et je suis extrêmement émue bien sûr
    je parle de courage, et de vie jusqu'au bout quoi qu'il arrive, car c'est ce que je lis malgré tout, avec dignité, et détermination

    quoi dire, je ne sais, mais écouter certainement, tenir la main, dire son amour, sa peine aussi, dire ce qui est dans ton cœur et qui parlera au sien

    quoi qu'il en soit, tu es lu ici, et entendu, et à travers toi l'histoire de cette mère, de cette femme-courage

    RépondreSupprimer
  5. Oui c'est hélas réel, ma maman s'en va doucement...j'me sens si impuissante; lorsque je rentre le soir, j'enrage j'me sens tellement inutile
    Je sis une bombe de rage et de tristesse, ma maman n'a jamais eu droit au bonheur, y a tant de pourris sur terre qui vivent tranquilles...
    Merci pour vos com'; si vous voulez la soutenir, laissez-moi un commentaire sur mon blog, je vous enverrai son adresse postale, ça lui ferait un bien fou de recevoir un peu de soutien(elle n'a pas internet)...merci d fond d cœur pour elle
    Assoula

    RépondreSupprimer
  6. Arpenteur d'étoiles4 mars 2017 à 22:40

    une mère courage qui a souffert et qui souffre encore. Mais peut-être la douleur et l'épuisement passeront-ils et sa vie reviendra dans le calme et la tendresse.
    Ton texte est une charge du cœur qui va bien au delà des mots (je le redis encore)

    RépondreSupprimer
  7. A bout de souffle; ici, ces quelques mots prennent tout leur sens.

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".