mardi 16 février 2016

JCP - Entre le tic et le tac














Entre tic et tac 

Le rouage inlassable en la vieille demeure,

Une pendule aimable au temps vouait ses heures.
"- On sait bien grâce à moi s'il est encore tôt
Ou bien s'il est trop tard, le temps voici mon lot,
Disait entre ses dents la pauvre créature,
Affligée du pouvoir offert à sa denture - 
Qui d'un tic faisait naître et de l'autre mourir ; 
D'un tac couler les pleurs - de l'autre offrant le rire.

"- Balancer d'un côté puis balancer de l'autre, 

De mon Seigneur le Temps je suis la triste apôtre ; 
Je n'y puis échapper, ce jour ou bien demain, 
Il est de mon ressort, le pauvre sort humain."

"- Pourtant du tic au tac se disait-elle encore, 

Comme du tac au tic, je crois bien voir éclore 
Une part de silence, où le Temps qui s'oublie 
Délaisse un peu son cours, et rien ne s'accomplit..."

...Aussi dès aujourd'hui puisons près des pendules 

Cette leçon suprême : du tic-tac désormais 
Où se pèse le temps, laissons un peu la paix 
Réjouir notre vie entre ces deux virgules, 
Car du temps sans aiguille où tout semble arrêté, 
Il est bon par moments de se réconforter.

Où lire JCP

15 commentaires:

  1. Profiter de l'instant entre tic et tac pour sourire "au ressort, au pauvre sort humain".
    Plaisante poésie, JCP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Délaissons le ressort de temps à autre, tout en le gardant sous la main.

      Supprimer
  2. Inscrit au balancement du tic et du tac, c'est le diapason des sourds sons de la vie. Doucement et sûrement, en route vers l'agonie, le tout dernier instant sonnera pour longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et tout continuera sans nous, comme tant d'autres nous laissèrent la place...

      Supprimer
  3. Oui, de se réconforter entre le Néant et l'Eternité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Délaissons un peu notre société de trépidation et de stress, il en va de notre bien être.

      Supprimer
  4. Arpenteur d'étoiles17 février 2016 à 20:07

    une troisième strophe fort subtile et la philosophie du Carpe Diem ... les horloges rythment nos vies et nos temps humains, alors sachons s'en détacher pour mieux vivre vraiment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Arpenteur, je n'ajouterai rien de plus.

      Supprimer
  5. très beau, mais plus particulièrement la dernière strophe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Tisseuse, d'autant que je savais pas du tout comment terminer...

      Supprimer
  6. Ce tic tac inusable nous amène progressivement vers notre précipice ... Brel a bien su amener "les vieux" avec sa pendule d'argent à la fin du voyage. oublions le tic tac et vivons intensément tant que nous voyageons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire Youkka, j'ai en effet quelque peu pensé à Brel en écrivant ces mots.
      JC

      Supprimer
  7. Un poème qui pourrait s' appeler ''la ballade du temps perdu''.
    Un texte qui glisse et coulé doucement, nous rappelant à l'ordre:savoir prendre le temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Clémence, mais je n'ai pas le talent de Proust...
      (j'avoue y avoir un tout petit peu pensé en écrivant, comment y échapper...)
      Et je citerai encore le proverbe patagon :
      "Qui se presse perd son temps".

      Supprimer
  8. Eh ben, ça va nous en faire dé récrés, dis donc :D

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".